Les fausses croyances relatives à la psychothérapie

Un certain nombre de croyances générales ou personnelles peuvent parfois empêcher l'accès des personnes à la psychothérapie. Voici une réponse aux plus communes d'entre elles.

  • "Les psychologues, c'est pour les fous ou les gens qui vont très mal": cette croyance est probablement la plus erronée et celle qui fait le plus de tord aux personnes qui pourraient bénéficier d'un accompagnement psychologique. Si le psychiatre est un spécialiste de la pathologie psychiatrique, le psychologue a un champ d'expertise beaucoup plus large et les personnes le consultent pour des raisons très variées comme mieux se comprendre, gérer un facteur de stress, acquérir des compétences pour mieux gérer les émotions ou les relations sociales. Ainsi, si le psychologue prend bien en charge la maladie, il est également utile pour bien des aspects de la vie quotidienne et permet globalement le bien-être de la personne.

  • "Les psychologues sont tous les mêmes" : si le titre de psychologue indique l'obtention d'un master ou diplôme équivalent en psychologie, tous les psychologues n'ont pas reçus la même formation et ne travaillent pas de la même manière ou avec le même public (adulte, enfant, ado, couple...). Le psychologue adapté pour vos proches n'est pas forcément celui qu'il vous faut et si un premier professionnel n'a pas pu vous aider, cela ne signifie pas qu'un autre ne saura pas vous permettre d'aller mieux. Il est important de regarder la manière dont travail votre psychologue et ses formations en psychothérapie.

  • "La psychothérapie est un travail long pour obtenir des résultats": si la psychanalyse est un travail nécessitant plusieurs années, ce n'est pas le cas des autres approches thérapeutiques. Les TCC, l'EMDR, les thérapies brèves sont autant de méthodes qui ont pour but d'offrir une réponse rapide, profonde et pérenne aux troubles qui amènent la personne à consulter.

  • "Voir un psychologue coûte cher": de plus en plus de mutuelles prennent en charge les psychothérapies, et notamment la thérapie EMDR. Il est important de vous renseigner. De plus, si consulter représente un coût, les TCC ou thérapies brèves en font un investissement ponctuel. Votre psychologue peut certainement adapter la fréquence ou la durée, ou encore la modalité, des séances à vos finances. Quoi qu'il en soit, vous ne regretterez pas cet investissement pour votre santé et votre bien-être.

  • "Les TCC et certaines autres formes de thérapie ne soignent que le symptôme de surface qui reviendra" : cette croyance parfois véhiculée par les psychanalystes est profondément fausse et découle d'un manque de connaissance sur les TCC et autres thérapies. Ces dernières ne se contentent pas de soigner le symptôme mais traitent bien sa cause profonde de manière efficace et durable. Leur efficacité a été validée scientifiquement, souvent par les neurosciences, et elles font aujourd'hui l'objet des recommandations internationales et nationales.

  • "J'ai vu un psy, ça n'a pas marché, inutile d'en voir un autre" : encore une fois, les psychologues ne travaillent pas tous de la même manière et tester une nouvelle approche peut être plus adapté. Quoi qu'il en soit, parlez de vos expériences antérieures à vos prochains thérapeutes.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now